En 1941 sera créé le service des Antiquités préhistoriques et historiques, grâce à une tardive loi régissant la pratique de l’archéologie sur le territoire national. En 1992, la réorganisation des institutions place sous tutelle du Ministère de la Culture, au sein des Directions régionales des affaires culturelles, des Services régionaux d’archéologie qui assurent la conservation et la coordination de la recherche. Aujourd’hui décentralisée par une loi de 2002, la gestion des sites archéologiques de l’île est désormais le rôle de la Collectivité Territoriale de Corse. L’université de Corte s’est progressivement dotée d’un département dedié à l’archéologie préhistorique.

Fouilles du Monte Leone à Bonifacio sous la direction de Jean-Denis Vigne du Museum d'Histoire Naturelle

Les derniers états de la recherche en Corse se caractérisent par une plus grande ouverture vers l’extérieur et la volonté affirmée de replacer la Corse au sein de la méditerranée.
Il s’agit désormais de recherches pluridisciplinaires et transfrontalières, poursuivies sous l’impulsion de Programmes collectifs de recherche (PCR, ACR, Interreg) et financés par le Ministère de la Culture, le CNRS, la Collectivité Territoriale ou encore l’Union Européenne. Nous sommes loin aujourd’hui des « voyages archéologiques » de Prosper Mérimée.
Tableau de datations C14 pour
les sites mésolithique de la Corse

Accueil | Bibliographie | Chronologie | Plan du site | Actualités | Crédits